Art-thérapie et burn-out

Le burn-out dans le classement international des maladies.

Quelques jours après la publication de mon article intitulé Art-thérapie et risques psychosociaux, nous apprenions que l’Organisation Mondiale de la Santé, dans le cadre de sa 72ème assemblée, avait déclaré que le burn-out faisait maintenant partie de son classement international des maladies.

 

Un peu plus tard, un porte-parole de l’OMS a rectifié l’information en indiquant que le burn-out était déjà inclus dans la classification en tant que “facteur influençant l’état de santé”.

 

Le burn-out doit-il être reconnu en tant que catégorie à part entière ?

Il est aisé d’imaginer les avantages qu’une classification particulière pourrait apporter lors de la prise en charge des personnes frappées par le syndrome d’épuisement professionnel :

 

  • Reconnaissance de la souffrance par l’entreprise ;
  • Délai de détection réduit du fait des campagnes d’informations dédiées ;
  • Nécessité, pour l’entreprise, de se sentir impliquée dans l’objectif d’œuvrer au mieux-être des travailleurs concernés ;
  • Le travailleur pourra se sentir reconnu dans son mal être, sa souffrance sera symboliquement prise en compte.

Pour rappel, le burn-out se traduit par les signes suivants :

 

  • Anxiété ;
  • Baisse globale de la motivation ;
  • Repli sur soi (perte de lien) ;
  • Troubles de l’attention et de la mémoire ;
  • Troubles du sommeil ;
  • Irritabilité.

Ces signes se retrouvent chez beaucoup de personnes en souffrance.

 

Mais lorsque ces signes sont ceux d’un mal-être au travail, il est important de responsabiliser les entreprises, afin qu’elles interrogent leur manière de manager et qu’elles tentent de trouver des solutions, en lien avec des professionnels du soin.

 

En effet, le burn-out est un mal-être lié au travail, dont l’origine ne doit pas être confondue avec la vie personnelle du travailleur, bien que les effets du burn-out finissent par envahir sa vie privée.

 

Art-thérapie et burn-out : séances d'art-thérapie

 

Quel rôle peut jouer l’art-thérapie parmi les dispositifs de soin du syndrome d’épuisement professionnel ?

L’art-thérapie peut aider à évacuer et apaiser les tensions liées au syndrome d’épuisement professionnel, car elle permet au travailleur de souffler, de se décaler du rythme imposé par le travail en entreprise, afin de renouer avec son rythme interne dans un espace libéré de tout jugement où il est invité à jouer, à créer à partir de son vécu et ses ressentis.

 

Si vous vous sentez concerné par le burn-out et que vous êtes intéressé par des séances d’art-thérapie ou de médiations artistiques, contactez moi.

 

Sachez que j’interviens en entreprise, pour des groupes ou en séances en individuel.

 




Besoin de plus d'informations ?